Finale coupe de France 1978. NANCY-NICE.

13 mai 1978.
NANCY bat NICE : 1-0 (0-0).
45.998 spectateurs. Arbitre Mr Verbeke.
But: Platini (57ème) pour Nancy.
Remplacements : Perdrieau par Raczinski (79ème) à Nancy. Cappadona par Toko (75ème) à Nice.
NANCY : Moutier – Perdrieau, Neubert, Curbelo, Clöet – Caron, Jeannol, Rubio – Rouyer, Platini, Chebel.
OGC NICE : Baratelli – Morabito, Zambelli, Katalinski, Barraja – Cappadona, Guillou, Jouve – Huck, Bjeković, Sanchez.  

Echange des fanions entre Jean-Marc Guillou et Michel Platini.

A.S NANCY-LORRAINE 1978.
Debout : Cloet, Perdrieau, Moutier, Neubert, Jeannol, Curbelo.
Accroupis : Caron, Rouyer, Platini, Rubio, Chebel.

Avant de s'envoler pour l'Argentine avec l'équipe de France, Michel Platini tient à régler les affaires courantes et obtenir son premier titre national. Sur l'album Panini de la saison 1977-78, Nancy et Nice ne sont pas très éloignés, séparés par Nantes en fait, et l'on retrouve les deux formations dans la même situation au classement du championnat. Les Lorrains terminent leur exercice à une honorable 6ème place et devancent les Aiglons de deux points (8ème avec 41 pts), Les Verts de St-Etienne s'intercalant entre les deux clubs. Sur le terrain, la 61ème édition de la finale de la coupe de France s'annonce serrée, même si sur le papier les Niçois partent favoris au vu de leur effectif et de leur parcours. Les Azuréens sortent en effet PSG, Metz, Nantes et Monaco - que des formations de l'élite et pas des moindres - pour arriver au Parc des Princes pendant que son adversaire déroule à St-Brieuc (D.III), Martigues, Valenciennes et Sochaux. Des formations d'un calibre plus modeste mais qu'importe, l'ASNL et Platoche n'ont pas de tempérament à boire du raplapla ni faire de sentiments pour s'octroyer le premier titre majeur de son histoire.

Des vitamines, il en faut pour affronter les Baratelli, Guillou, Jouve, Huck et le tandem yougoslave Bjeković-Katalinski. Une armée d'internationaux contre une équipe portée par son seul capitaine et quelques jeunes loups talentueux (Rouyer, Rubio, Jeannol, Moutier...). La bande des potes contre une équipe programmée pour gagner. Mais l'OGC Nice, au mitan des 70's, rate toujours ses rendez-vous - en championnat comme en coupe - malgré les ambitions démesurées de ses dirigeants qui ne regardent pas à la dépense. Toujours en pôle mais jamais à l'arrivée en quelque sorte. Un sentiment qu'ils éprouvent encore une fois au terme d'une finale équilibrée, entre deux équipes qui s'observent plus qu'elles ne jouent. Dans un match fermé et ennuyeux comme la politique de Giscard qui préside cette finale, l'éclair arrive de la nouvelle star du foot français en seconde période, juste avant l'heure de jeu. Sur un centre de Rubio, Platini, dos au but dans la surface, se défait de deux défenseurs niçois et ajuste Baratelli du plat du pied (57ème). C'est l'exploit du match qui permet à aux hommes d'Antoine Redin de ramener la coupe en Lorraine. Le capitaine nancéien peut partir le cœur léger en Argentine, l'ASNL est automatiquement qualifiée pour la coupe d'Europe la saison suivante. A laquelle il ne participera pas, à cause d'une vilaine blessure subie au mois d'août à Geoffroy-Guichard qui le tient éloigné des terrains durant plusieurs mois. (affiche par SLip)

- LE MATCH EN IMAGES -

Le but de Platini.

Daniel Sanchez et Nenad Bjekovic pris dans la tenaille nancéienne.

Giscard remet la coupe à Platoche...

... qui trinque sous la douche.




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire