A.S MONACO 1977-78. By Léon Glowacki.



Debouts : Alain Moizan, Iribierto Correa, Alfred Vitalis, Albert Vanucci, Bernard Gardon, Jean-Luc Ettori.

Accroupis : Daniel François, Christian Dalger, Delio Onnis, Jean Petit, Raoul Noguès.




LA FICHE DETAILLEE. Paolo Rossi.

**********
La fiche détaillée par les éditions Rencontre Lausanne
PAOLO ROSSI
- Une idole sécurisante  -
**********


WILLEM II TILBURG 1989-90.


WILLEM II TILBURG
1989-90

En haut : Guus van der Borgt, Meindert Dijkstra, Frank Brugel, Roland Jansen, Hans Werdekker, Ulrich van Gobbel, Fons Mallien.

Au milieu : Piet de Visser, Adri Koster, Ruud Brood, John Feskens, John Mutsaers, Bart Jansen, Ron de Roode, Patrick Cohen, Ad Damen, Gert van de Wiel.

En bas : Joop Ooms, Bud Brocken, David Loggie, Frank van Straalen, Hennie de Romeijn, Edwin Godee, René Wolffs, Sjef van Weerd.


BIO EXPRESS DEGRADABLE. François Van der Elst (1954-2017).

FRANÇOIS VAN DER ESLT.
Une légende des Mauves et des Diables Rouges est partie, trop rapidement, trop discrètement, eu égard à une carrière exemplaire et un palmarès exceptionnel, bâti essentiellement avec le R.S.C.A, le grand Anderlecht des années 70. Avec les Ludo Coeck, Frankie Vercauteren, Arie Haan et Rob Rensenbrink, son alter-égo sur le pré, François Van der Eslt et le RSCA dominent le championnat de Belgique. Une décennie florissante du côté du Parc Astrid, peut-être la meilleure de son histoire.

C'est dans le café des parents, où il s'entraîne à shooter les bouteilles de sodas vides dans la cave à bières, que l'avenir de « Swat » se dessine. Il a quatorze ans quand il signe pour les Mauves, découvert par Hippolyte van den Bosch, grande figure du club. Nous sommes en 1969 et « Swatje » reste fidèle à la formation bruxelloise jusqu'en 1980, date à laquelle il part vivre l'aventure américaine en signant pour le Cosmos de New-York. Strass, paillettes et football rock-stars aux côtés des Neeskens, Chinaglia, Beckenbauer et consorts. Des étoiles planétaires pour un joueur discret, voir effacé, mais qui sait se faire respecter balle au pied. C'est peu dire.

Frans, doté d'une véritable efficacité offensive, se régale sur le pré. C'est d'ailleurs lui, et son compère de l'attaque Robbie Rensenbrink, qui offrent le premier titre européen des Mauves en 1976. Le duo magique inscrit un doublé, contre West Ham, lors de la finale de la coupe des vainqueurs de coupes au Heysel. La saison suivante, « Swat » s'adjuge le titre de meilleur réalisateur du championnat (21 buts). Un trophée de compensation, certes, après la défaite d'Anderlecht en finale de la C2 face à Hambourg (0-2). Les Mauves perdent leur titre mais le récupèrent illico en 1978, au Parc des Princes, en écrasant l'Austria de Vienne (4-0). C'est un nouveau trophée européen pour Frans qui en collectionne deux autres : la supercoupe de l'UEFA aux dépens du Bayern en 76 (1-2, 4-1) et Liverpool en 78 (3-1, 1-2). Il en profite d'ailleurs pour inscrire son nom sur les rapports officiels en scorant lors de ces doubles confrontations. Car s'il est enclin à un caractère réservé, Frans aime bien faire parler de lui. Sur le plan national, il s'adjuge ainsi deux championnat (1972 et 74) et trois coupes de Belgique (1973, 75 et 76). Un joli pactole agrémenté de 82 buts au total (248 rencontres) au cours des sept années qu'il passe à Anderlecht. 

Pas vraiment une surprise donc de retrouver Van der Elst sous la vareuse des Diables Rouges, comme son frère cadet Léo, qu'il porte à quarante-quatre reprises, avec à la clé une finale de championnat d'Europe des Nations, perdue face à l'Allemagne de l'Ouest (1-2) en 1980, et une participation au Mundial 82, en Espagne, sous les ordres de Guy Thijs. « Swat » est un phénomène, qui s'exile aux States pour un an (1980-81) afin de professionnaliser (stariser) le foot made in USA . Il crèche sur la 5ème avenue avant de découvrir l'East End prolo de Londres quand il signe à West Ham (de 1981 à 83). Culture du paradoxe ou pas, il retourne ensuite en Belgique où il termine sa carrière à Lokeren (1983-86). Après ça, Frans se retire, sans tambour ni trompette, achète une salle de billard et connaît quelques pépins personnels : deux divorces onéreux et le suicide de son fils. Pas très royal sporting cette sale affaire. Grâce à l'amour de sa fille et son petit-fils, il reprend cependant goût à la vie qu'il vient de quitter ce 11 janvier à la suite d'un problème cardiaque. Il venait tout juste de fêter ses 62 ans en décembre dernier. La vie n'est pas si mauve que ça finalement.


TORINO CALCIO 1978-79. By Panini.


TORINO CALCIO 1978-79

En haut : Terraneo, Zaccarelli, Vullo, Claudio Sala, Onofri, Danova, Mozzini, Copparoni.

Au milieu : Iorio, Santin, Ferretti (ent. adj.), Radice (ent.), Cazzaniga (ent. adj.), Graziani, Pecci.

En bas : Tardito (masseur), Patrizio Sala, Salvadori, Riccarand, Greco, Pulici, Monti (masseur).




SALIF KEITA. Pair et manque.

42 comme la Loire. Salif Keita sait pour qui il joue lorsque qu'il inscrit ce nombre incroyable de buts au cours de la saison 1970-71. Or, malgré des statistiques affolantes, la Panthère Noire de Sainté doit se contenter de la place de dauphin derrière l'insatiable Josip Skoblar, lequel pointe à 44 buts en fin de saison. Ce dernier reçoit le Soulier d'Or européen en fin d'année, et Salif de prendre l'argent. Pas vraiment une déception pour le Malien qui commente, bon joueur : « J'avais pris le départ du championnat en songeant que je pourrais peut-être remporter un Soulier, mais je ne pensais pas encore au Soulier d'Or. Mais l'appétit vient en mangeant, comme vous dîtes en France, et plus je me rapprochais de Skoblar et plus je sentais que je pourrais le battre. Je crois que s'il y avait eu un match de plus, j'aurais pu y parvenir. » Salif Keita s'incline avec fair-play, satisfait néanmoins d'avoir battu un record pendant la saison, celui du nombre de buts inscrits au cours d'un match (6 contre Sedan). Pas mal pour un (beautiful) loser. Retour en détail sur un exercice haut en couleur pour le Stéphanois.

1ère journée : ASSE-Nantes.
1 : Dribble étourdissant, contre favorable, devant Fouché. Feinte de corps. Comme à la parade du pied droit.
2 : talonnade de Herbin, tir du pied droit décoché à 30 mètres des buts nantais.

2ème journée : Angoulême-ASSE.
3 : Sur un corner de Farison, Larqué me transmet le ballon dans le coin droit du but gardé par Kouba, je loge du pied gauche la balle au fond des filets.

6ème journée : ASSE-Reims.
4 : Talonnade de Revelli, je marque comme à la parade du pied droit.

7ème journée : Bastia-ASSE.
5 : Reprise de la tête sur un service de Revelli qui avait lobé Rossat, le gardien corse.

8ème journée : ASSE-Lyon.
6 : Coup-franc tiré très vite par Bereta, détente phénoménale et reprise de la tête qui bat Chauveau.

10ème journée : Rennes-ASSE.
7 : Ballon perdu par Cosnard, Polny relance la contre-attaque. Après un une-deux avec Revelli, je m'infiltre pour venir battre Aubour d'un tir du pied gauche.
8 : Je pars seul, résiste à la charge de plusieurs défenseurs bretons, arrive devant Aubour que je dribble pour marquer, du droit, dans le but vide.

11ème journée : ASSE-Nice.
9 : Un but de toute beauté. Reprise du droit , en demi-volée, sur un centre précis de Samardzic.

12ème journée : Bordeaux-ASSE.
10 : Une-deux Samardzic-Revelli, un échange Keita-Revelli, une passe à Sarramagna, un centre de celui-ci et une reprise... mal ajustée du droit.
11 : Démarqué au point de pénalty, un tir à ras de terre, du pied gauche, qui frappe le poteau avant que la balle ne pénètre dans les filets.

13ème journée : ASSE-Strasbourg.
12 : A la réception d'un centre précis de Samardzic, reprise souveraine du pied droit.
13 : Faute de main de Schurr en pleine surface. C'est un pénalty transformé d'un tir du pied droit.

16ème journée : ASSE-Angers.
14 : But dans mon style bien particulier. Service de Bosquier, réception au centre du terrain, envolée en longues foulées, tir croisé du pied droit.

17ème journée : Sedan-ASSE.
15 : Petit but réussi presque à l'improviste, en resquillant, à la suite d'un tir du gauche et surtout d'une grossière erreur des Sedanais.

18ème journée : ASSE-Nancy.
16 : Une-deux avec Revelli qui se termine par un tir de Hervé que je prolonge victorieusement, du droit, en revenant dans l'axe du but.
17 : Centre de Bereta que je reprends, de la tête, en plongeant horizontalement.

20ème journée : ASSE-Angoulême.
18 : Un maître-tir du pied droit. Je loge le ballon dans lucarne de Kouba.

23ème journée : OM-ASSE.
19 : Faible dégagement des deux poings de Jean-Paul Escale. Au bon endroit pour reprendre facilement du pied droit.

24ème journée : Reims-ASSE.
20 : Sur un coup-franc de Bereta, la balle me parvient par l'intermédiaire de Herbin. Très avancé, au point que les Champenois me croient hors-jeu, je tente une pichenette du pied gauche.

25ème journée : ASSE-Bastia.
21 : Belle ouverture de Bereta, je driblle Calmettes, puis Tosi avant de battre Rossa, d'un tir du pied droit.
22 : Je profite d'une ouverture de Revelli, attire Rossa et le trompe d'une pichenette du pied gauche.
23 : Action de Farison relayée par Bereta puis Revelli, reprise sèche et précise du pied gauche.
24 : Tir sur le poteau, je contourne un Bastiais pour reprendre le ballon du pied droit.

La Panthère Noire en action.

27ème journée : ASSE-Rennes.
25 : A bout portant, je surgis derrière Chlosta pour reprendre, d'une volée du pied droit, un centre de Georges Bereta.

30ème journée : ASSE-Metz.
26 : A la suite d'un coup-franc, reprise victorieuse de la tête, après un centre de José Broissart.
27 : Très belle remise de Herbin qui me place en position favorable. Sortie hasardeuse de Duchêne, nouvelle pichenette du pied droit.

31ème journée ; ASSE-Bordeaux.
28 : Hors-jeu, me semble t-il, je marque de plein fouet, du pied droit, sur une petite déviation de Herbin.

32ème journée : ASSE-Red Star.
29 : Tir de plein fouet, du pied droit, qui trompe la vigilance de Laudu dans les toutes dernières minutes du match.

34ème journée : Angers-ASSE.
30 : Sur un terrain extrêmement lourd, je parviens à extirper la balle de la boue et bats, de très près et du pied gauche, le gardien angevin Gallina.
31 : Absolument démarqué, je transforme en but de la tête, un centre adressé par Patrick Parizon.

35ème journée : ASSE-Sedan.
32 : Remarquable exploit personnel. Je dribble trois Sedanais et décoche, du pied droit, un tir tendu à ras de terre.
33 : Tir de Bereta contré par Salem. Je récupère, feinte la frappe, élimine Salem et glisse le ballon du pied gauche sous le ventre de Tordo, sorti.
34 : J'intercepte une passe en retrait de Zamajski, m'infiltre entre Salem et Tordo, et marque du pied droit.
35 : Centre de Parizon de la droite, reprise de la tête facile.
36 : Coup-franc direct du pied droit décoché de 25 mètres.
37 : Centre de Parizon, remise de la tête de Herbin, reprise fulgurante du pied droit en demi-volée.

37ème journée : ASSE-Ajaccio.
38 : Longue balle de Bereta, Revelli s'efface sur le centre et je reprends du pied droit, dans un angle difficile.
39 : Baratelli relâche un centre. Je reprends de la tête pour marquer facilement dans le but vide.
40 : Encore du pied droit, à quelques mètres du but, au milieu d'un paquet d'adversaires et de partenaires.
41 : Sur passe de Bereta, face au but au point de pénalty. Tir du pied droit à mi-hauteur.

38ème journée : Nantes-ASSE.
42 : Dernière minute du fin et de la saison. Revelli, au départ, centre. Je m'approche de Fouché et tire victorieusement du pied droit.

A.S SAINT-ETIENNE 1979-80.


A.S SAINT-ETIENNE 1979-80

En haut : Christian Lopez, Philippe Brun, Jacques Santini, Gérard Farison, Alain Chaussin, Pierre Repellini.

Au milieu : Eddy Caullery, Jean-François Larios, Jacques Zimako, Gérard Janvion, Jean Castaneda, Robert Herbin (ent.).

En bas : Jean-Marie Elie, Dominique Rocheteau, Jacques Borel, Ivan Curkovic, Johnny Rep, Michel Platini, Didier Derigon.


JOSIP SKOBLAR. Le buteur roi (1970-71).

Au cours de la saison 1970-71, Josip Skoblar et Salif Keita se tirent la bourre dans la course au classement des buteurs. Si l'OM remporte le titre de champion à la fin de l'exercice devant Saint-Etienne, le troisième de son histoire, l'Aigle de Zadar s'octroie le trophée du canonnier le plus prolifique du championnat avec 44 buts. Un record qui permet à l'attaquant dalmate de l'OM de ravir le soulier d'or européen devant son concurrent stéphanois. Un concurrent pour lequel Skoblar voue son admiration, en louant son opiniâtreté et son sens du duel à distance jamais (re)vu en France. Retour en détail sur la saison folle du buteur-killer olympien, pour qui marquer n'est jamais une péripétie, surtout s'il y a un titre - même honorifique - à conquérir au bout des crampons. « J'aurais certes tout donné pour être champion de France, mais à partir du moment où je pouvais enlever aussi cette distinction très convoitée, je me devais d'en mettre un sérieux coup. Je pense d'ailleurs avoir mérité cet honneur, car si Keita, que j'admire, a réussi en fin de parcours un retour impressionnant, j'avais eu le mérite de m'être montré beaucoup plus régulier. » Tu m'étonnes Josip !

1ère journée : Strasbourg-OM.
1 : Centre de Magnusson, amorti de la poitrine pour reprendre le ballon de volée du pied droit, à 15 mètres environ des buts de Schuth.

4ème journée : OM-Sedan.
2 : Centre aérien de Bonnel repris en pleine extension et du pied droit.
3 : Reprise à bout portant du pied droit après un mauvais renvoi de Tordo.

6ème journée : OM-Angers.
4 : Relais de balle avec Couécou, tir fulgurant du pied droit.
5 : Dribble époustouflant en pleine défense angevine. But comme à la parade du pied gauche.

8ème journée : OM-Angoulême.
6 : Reprise du pied droit sur un centre de Couécou.
7 : Tir de Couécou contré, reprise de près du pied droit sur un faible renvoi de la défense angoumoisine.

9ème journée : Nantes-OM.
8 : Tir vicieux fouetté du pied gauche.

10éme journée : OM-Valenciennes.
9 : Centre de Magnusson, reprise de la tête.

11ème journée : Saint-Etienne-OM.
10 : Centre de Leclercq, reprise en demi-volée du pied gauche à moitié ratée qui trompe Carnus.

12ème journée : OM-Lyon.
11 : Centre de Couécou, reprise du pied droit qui fait mouche.
12 : Centre de Magnusson, reprise de la tête.
13 : Reprise fulgurante du pied droit.

13ème journée : OM-Metz.
14 : Frappe sèche et précise du pied droit à la suite d'un centre de Hodoul.
15 : Centre de Lopez, relais de Magnusson, tir puissant du pied droit.

14ème journée : Bastia-OM.
16 : Centre de Couécou, reprise de près du pied gauche.
17 : Tir en force du pied droit après avoir débordé du côté gauche.

16ème journée : Rennes-OM.
18 : Magnusson tire un pénalty. Aubour détourne le shoot... mais je surgis et marque du pied droit dans le but vide.

17ème journée : OM-Nice.
19 : Jaillissement sur le côté gauche et tir du pied gauche. Le but est controversé : a t-il frappé l'extérieur du filet ou non ? L'arbitre, Mr Poncin, valide en tous cas le but.

18ème journée : Bordeaux-OM.
20 : Contrôle de la tête puis tir puissant et sec du pied droit, en plein milieu de la défense bordelaise.

19ème journée : OM- Red Star.
21 : Coup de tête magistral consécutif à un centre de Kula.

20ème journée : Ajaccio-OM.
22 : Amorti de la poitrine, revers du pied gauche, tir qui se loge dans la lucarne.

L'Aigle de Dalmatie déploie ses ailes.

21ème journée : OM-Nîmes.
23 : Complètement déporté sur l'aile gauche, malgré un angle réduit, je trompe la vigilance de Landi d'un tir du gauche à ras de terre.
24 : Pénalty accordé pour une main de Betton en pleine surface. Landi est pris à contre-pied sur un tir du pied droit.

22ème journée : Sedan-OM.
25 : Reprise de la tête après une montée de Hodoul et un centre de Magnusson.

25ème journée : OM-Nancy.
26 : Passe en retrait de Bonnel. Reprise facile, de très près, du pied gauche.

28ème journée : OM-Valenciennes.
27 : Reprise à bout portant du pied droit, sur un centre de Loubet, qui s'était engouffré dans l'espace vide.
28 : En embuscade à la limite de la surface de réparation, reprise extraordinaire du pied droit. Le ballon va se ficher en pleine lucarne.

30ème journée : Metz-OM.
29 : Reprise en demi-volée du pied gauche sur un centre de Jacky Novi.

32ème journée : OM-Bastia.
30 : L'OM bénéficie d'un pénalty. C'est l'occasion d'inscrire mon 30ème but.
31 : Reprise du pied gauche qui trompe totalement le jeune gardien corse Casanova.
32 : Sortie hasardeuse de Casanova, reprise lobée de la tête.

34ème journée : OM-Rennes.
33 : Mésentente Aubour-Goueffic, tir sec du pied droit, sans coup férir.
34 : Centre très précis de Magnusson sur ma tête.
35 : Cela devient traditionnel ! Reprise du pied droit sur un centre de Bonnel.
36 : Intercalé entre trois défenseurs bretons, je mystifie Aubour du pied droit, bien entendu !

35ème journée : Nice-OM.
37 : Gress, démarqué côté droit, arme son tir. Trop croisé ! Jaillissement à hauteur du deuxième poteau, je parviens à redresser la course du ballon et à le loger, du pied gauche, hors de portée de Marchetti.
38 : Faute de Jouve sur Loubet. Pénalty. Tir victorieux, pied droit largement ouvert.

36ème journée : OM-Bordeaux.
39 : Coup-franc tiré par Magnusson en pleine défense des Girondins. Reprise de la tête au-dessus de la mêlée.

37ème journée : Red Star-OM.
40 : Le ballon traîne dangereusement dans la surface audonienne. A la suite d'un centre de Lopez, je le recueille pour le percuter dans les filets, d'une pichenette fulgurante, toujours de l'extérieur du pied droit.
41 : Contre-attaque rondement menée par Gress. Seul devant Laudu, je déclenche un tir du droit au premier poteau que Laudu attendait de l'autre côté.

38ème journée : OM-Strasbourg.
42 : Ouverture de Magnusson, centre de Gress et une reprise du pied droit comme à la parade.
43 : Centre de Novi, je surgis, seul devant Schuth, pour le terrasser d'un tir du pied droit à ras de terre.
44 : Centre de Couécou, je reprends de la tête et marque mon 44ème et dernier but de la saison en championnat. C'est tout simplement fabuleux !