SO FASHION. Jean-Pierre Dogliani.


L'homme qui prend la pose en Monsieur de Fursac, c'est le regretté Jean-Pierre Dogliani. L'ancien Marseillais passé par Angers, Bastia et Monaco, rejoint Paris SG au début de la saison 1973-74. Le club de la Capitale dirigé par le « gang des chemises roses » et son président Daniel Hechter affiche ses ambitions: la montée en D.I avant de parader sur le podium de l'élite. Pour cela, le couturier qui rêve d'une grande équipe à Paris recrute parmi les meilleurs du joueurs du championnat, dont le néo-capitaine parisien, chef de file de sa collection d'été très à l'aise dans ses bottines, qui prend à cœur son rôle de leader sur le terrain non sans humour : « Le public parisien est difficile. Parfois versatile et souvent Versace. Mais je ne suis pas là pour me faire tailler un short ». Un clin d'œil au concepteur du maillot parisien qui n'oublie pas que sur tous les stades de Province, ses joueurs ont pris l'habitude de se faire tailler un costard par un public hostile.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire