MAILLOT DE LEGENDE. Fort Lauderdale Strikers.

Go sang et or go! La version funky-disco mothafucka du RCL sous le soleil de Floride. Le contraste entre les gueules noires du bassin minier artésien et les paillettes de la NASL. Daniel Leclercq versus les eaux claires de Fort Lauderdale. C'est dans la « Venise de l'Amérique » que les Strikers pointent leur nez au cours de l'année 1977, sous l'œil vigilant du boss Joe Robbie. Cet avocat d'origine libanaise, propriétaire des Miami Dolphins, acquiert la franchise U.S qui porte le nom de Miami Toros depuis 1973, l'An I du soccer de haut niveau dans ce coin paradisiaque des States. L'acte fondateur et l'histoire de Fort Lauderdale remontent en fait à 10 années en arrière lorsque le club voir le jour du côté de Washington. D'un statut amateur, Britannica Washington - son appellation à l'époque - opte pour le professionnalisme à partir de 1967 pour devenir Washington Darts et rejoindre les rangs de l'American Soccer League, puis la NASL par la suite au début des seventies. Deux saisons à tâter le terrain avant que le club ne déménage à Miami, hésitant d'abord entre Gatos (1972) et Toros (1973-77) puis Strikers enfin quand la franchise s'installe définitivement à Fort Lauderdale. Et le début d'une ère bling-bling. Une pluie de stars sous le soleil de plomb de la Floride. Gordon Banks, la légende britannique, est le premier à porter le maillot sang et or barré d'un énorme STRIKERS. Suivront pêle-mêle George Best qui ne trouvera jamais la plage, le Péruvien Teofilo Cubillas, Gerd Müller en mal de bronzette et encore quelques noms: Bernd Holzenbein, Ricardo Villa, Jan van Beveren... tous venus prendre une retraite bien dorée et amasser quelques dollars sans trop se forcer.

George Best on strike !

2 commentaires:

  1. Salut , bon blog , complet et très bien présenté
    Je suis nouveau moi concernant les blogs.
    Passe faire un petit tour sur le mien et dit ce que tu en pense
    www.leo-me2si.blogspot.fr

    Bonne continuation

    RépondreSupprimer
  2. C'est fait. Tu comptes développer un peu ou bien ? Bonne continuation à toi aussi Eric.

    RépondreSupprimer