GIORGIO CHINAGLIA. Mort d'un soprano.

Giorgio Chinaglia dans le costume du Parrain.

Les blagues du 1er avril ont parfois le goût du poisson pourri. Giorgio Chinaglia est décédé ce dimanche en Floride à l'âge de 65 ans. L'ancien international italien, 14 sélections sous le maillot de la Nazionale, souffrait depuis quelques temps de problèmes cardiaques. Après une hospitalisation ces derniers jours, le cœur a finalement lâché pour celui qui ne manquait pas d'en donner sur un terrain, participant ainsi de manière très active au premier scudetto de la Lazio (1974) avec le titre de meilleur buteur à l'issue de la saison.

La consécration pour l'attaquant italien et son unique trophée obtenu chez lui, dans la Botte, après des débuts anonymes au Pays de Galles où il passe toute sa jeunesse avant de revenir au pays dans des clubs de seconde zone (Massese et Internapoli). Repéré par les dirigeants de la Lazio, Giorgio Chinaglia débarque à Rome à fin des sixties et se révèle sous le maillot laziale. Malgré les résultats parfois en dents de scie du club romain, Chinaglia vide ses tripes sur le pré - il inscrit 98 buts en 209 apparitions - joue avec son son cœur et fait aussi montre de son (sale) caractère quand il se sent attaqué. Sélectionné une première fois avec la Squadra Azzura en 1972, un 21 juin contre la Bulgarie alors que la Lazio évolue à l'époque en série B, Chinaglia marche musique en tête deux ans plus tard et participe au WM 74. Un mondial désastreux pour l'Italie et Giorgio qui se fout sur la gueule avec le sélectionneur Valcareggi. Banni chez les A, Chinaglia ne tarde pas à le devenir dans son club d'autant que Maestrelli, son entraîneur et mentor à la Lazio, est rappelé par la maladie.


Devenu un paria malgré les nombreux services rendus aux Laziali, Giorgio s'envole pour les States rejoindre Pelé au Cosmos New-York et la famille: son beau-frère Mike Rash, un hockeyeur US d'origine italienne médaillé d'or aux J.O de Lake Placid dont il a épousé la sœur, Connie. Le championnat NASL, c'est disco-funky. Et Chinaglia place en tête des hits les standards du genre. Élu MVP de l'année 1981, meilleur buteur du championnat à cinq reprises (1976, 78, 80, 81 et 82), Giorgio rafle aussi quatre titres de champion (1977, 78, 80 et 82) en sept ans de présence au sein de la franchise US (1976-83). Au terme de sa carrière, Chinaglia tente un come-back au pays et prend la présidence de la Lazio. Présenté à l'époque comme le sauveur du club mal en point, il quitte le navire en 1985 et vit alors entre l'Italie et les États-Unis avant d'être mêlé aux affaires d'une autre famille, très tentaculaire celle-ci: la Camorra. Accusé de blanchiment d'argent, extorsion de fonds et délit d'initié, Giorgio Chinaglia se bat contre la justice au mitan des années 2000 et une santé affaiblie par les affaires. Jusqu'à ce poisson pourri d'avril 2012. Le soprano n'est plus.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire