MAILLOT DE LEGENDE. Hajduk Split.

Un voile blanc sur une mer bleue. C'est ce qui symbolise les couleurs du Hajduk Split. La fierté de la côte Dalmate et ses supporters disséminés dans toute la région, voire le pays, l'ex-Yougoslavie, réunis en torcida à la manière des fans brésiliens. Des graffitis et des messages en l'honneur du club à chaque coin de rue de la ville, qui s'étalent aussi sur les murs des patelins environnants, Hajduk est plus qu'un club dans le coin. Une identité. Un emblème de la ville comme à Marseille ou Naples. Les Bili (blancs) rivalisent de popularité avec l'autre grand club croate, le Dinamo Zagreb, dont le derby éternel - le surnom donné aux confrontations entre les deux équipes – déchaîne les passions, comme les rencontres contre les ennemis de Belgrade, Partizan et Étoile Rouge. Formé en 1911 par une bande de copains étudiants, Hajduk arbore l'échiquier croate sur le cœur mais passe à l'étoile communiste cernée par un épis de blé après la seconde Guerre Mondiale. Sous la Yougoslavie de Tito, Hajduk - qui évoque la force, la bravoure, le courage - traverse le régime socialiste en grande pompe. Sept titres nationaux (1950, 52, 55, 71, 74, 75 et 79) et neuf coupes (1967, 72, 73, 74, 76, 77, 84, 87 et 91), les Bili côtoient souvent l'Europe et obtiennent quelques visas: demi-finales de C2 (1973) et C3 (1984). En coupe des Champions, Hajduk Split échoue par deux fois en quart. Contre les Verts en 1975 - le début d'une épopée - et Hambourg cinq ans plus tard (1980) juste avant la mort de Tito. On connaît malheureusement la suite. Les déchirures de la guerre. Hadjuk intègre le championnat croate à l'indépendance du pays en 1992 et retrouvre son symbole original. Un échiquier vieux de 100 ans maintenant. L'âge du club en fait.

HAJDUK SPLIT 1980-81.

Un petit baratin.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire