BIO EXPRESS DEGRADABLE. Jean-Noël Huck.

JEAN-NOËL HUCK.
Jean-Noël Huck est un mec incroyable comme le monstre vert aux dents jaunes. Il partage d'ailleurs avec son presque homonyme le goût des fringues. Si l'un se plaît à les déchirer pour montrer qu'il n'est pas content du tout, mais alors à un point pas possible, l'autre, plus soucieux de sa garde-robe, préfère au contraire en confectionner pour avoir un look... qui déchire. Dans tous les cas, c'est quand même les habits qui en prennent un sérieux coup.

Jean-Noël Huck fait une pub pour des pulls en laine.

Fashion-victim dès le début de sa carrière à Mutzig (1967-68) puis au RC Strasbourg ensuite (1968-1971), l'Alsacien se démarque d'emblée de ses coéquipiers, qu'il juge sévèremment après avoir été la victime de sa passion débordante pour le prêt-à-porter. Il le reconnaît lui-même : "Il me semble que l'on m'a trop dit, à mes débuts, que je n'étais pas comme les autres, en dehors de la ligne". Sous-entendu, ta ligne vestimentaire, tu sais où tu peux te la mettre ? Bah oui. A Nice, chez les p'tits vieux qui sont moins (in)gra(t)s que les rires de ses collègues de vestiaires en son Alsace natale. Une émigration naturelle pour lui au Pays des m'as-tu-vu. L'incroyable Huck reste sept saisons sur la Côte d'Azur (1971-1978) où il réalise la plus belle action de sa vie. La création d'un magasin de nippes chicos comme il en a toujours rêvé: Huck store - Fringues à gogo. Une affaire qui roule comme les galets des plages de la Baie des Anges, contrairement à l'OGC Nice qui a du mal à faire tourner le ballon sur le terrain. 


Après les défilés sur la Promenade des Anglais, Jean-Noël Huck décide de rejoindre la Capitale pour donner plus d'impact à ses collections. Sans gêne, il enquille les deux clubs parisiens à la suite. Le Paris FC d'abord (1978-79) comme Fashion Clothes, et le Paris SG (1979-81) parce que Daniel Hechter (raté, le président est déchu de ses fonctions un an auparavant). C'est le bide total pour Huck qui voit rouge, et file du coup se mettre au vert au FC Mulhouse (1981-84) où finissent les losers en général. Un retour en Alsace qui s'apparente à une petite mort pour celui qui rêvait de Milan et d'Italie. Las et déçu, il retourne même au RC Strasbourg (1984-85) qui tape une collection d'automne toute la saison. Sans relief ni éclat et aux couleurs ternes. Jean-Noël Huck voit de nouveau rouge, y ajoute un peu de noir, et termine sa carrière à l'En Avant Guingamp (1986-87) avec Noël Le Graët et ses costumes trop grands pour président. Vraiment pas un club sur mesure pour Huck qui accepte un poste de cadre technique à l'OGC Nice après son aventure en Bretagne. Pour relancer éventuellement son magasin de mode aussi peut-être...

En rouge et noir, Jean-Noël Huck affiche ses couleurs !

6 commentaires:

  1. "A Nice, chez les p'tits vieux qui sont moins (in)gra(t)s que les rires de ses collègues de vestiaires en son Alsace natale. Une émigration naturelle pour lui au Pays des m'as-tu-vu. "

    En Alsace, chez les boches, il faisait de la propagande pour Vichy ?

    M'E N BATI SIEU NISSART §§§§

    RépondreSupprimer
  2. "A Nice, chez les p'tits vieux qui sont moins (in)gra(t)s que les rires de ses collègues de vestiaires en son Alsace natale. Une émigration naturelle pour lui au Pays des m'as-tu-vu."

    Celui qui a écris ça est un enculé de boche d'Alsace de 1ere... Il a qu'a aller a l'Ariane ou aux Moulins pour voir si nous sommes des m'as-tu vu ou des p'tits vieux croulants... Qu'il reste dans son pays de bouffeur de choucroute et de buveurs de bière, et qu'il s'avise surtout pas de foutre un pied sur le sol du Comté...
    PILHAS GARDA, SIEU NISSART ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on possède 5 neurones et une seule synapse, on devrait éviter de se répandre en propos aussi imbéciles.

      Supprimer
  3. Et c'est quoi la suite sinon ?

    RépondreSupprimer
  4. Ravi que le manque de style et de qualité ne laissent pas indifférent. Sinon pour les insultes, c'est par ici que ça se passe en ce moment...

    RépondreSupprimer