BIO EXPRESS DEGRADABLE. Bruno Pezzey.

BRUNO PEZZEY.
Avec son nom à faire rire les gamins, comme je sais pas moi... Jean-Paul Loth par exemple ou bien Daniel Jeandupeux, Bruno Pezzey va en chier dans la vie. Surtout en jouant au football devant des gradins remplis de supporters à moustache vêtus du costume traditionnel. C'est moche de porter un nom pareil. Pas grave, Pezzey commence sa carrière dans la modeste équipe du FC Vorarlberg à 18 ans (il est né le 3 février 1955) où il apprend à conjurer le sort. Au bout d'an an, il rejoint le Wacker Innsbruck. Bruno se fait un prénom à défaut d'un nom à coucher dehors. La chevelure frisée du jeune défenseur subit un brushing et prend soudainement du volume.

En quatre saisons au Wacker (1974-78), Bruno Pezzey remporte deux titres nationaux (1975 et 77) et une coupe d'Autriche, l'année du 1er titre, qui lui permet de réaliser le doublé coupe-championnat. Sa superbe saison 1975 est récompensée par une première cape en sélection. En juin. Contre la Tchécoslovaquie. Des débuts internationaux qui l'emmènent à 84 sélections au total et deux participations à une coupe du Monde (1978 et 82). Pezzey prend du poids dans son pays mais l'Allemagne lui fait les yeux doux. L'Eintracht Francfort met le paquet et remporte le gros lot. Pezzey signe pour 5 ans (1978-83). Jackpot. Francfort remporte la coupe de l'UEFA contre le Borussia Mönchengladbach (2-3, 1-0) deux ans après son arrivée(1980). L'année suivante, il s'offre un autre titre. La coupe d'Allemagne (1981). Après, c'est un peu la galère pour l'Eintracht qui digère mal une sale défaite en UEFA un soir de coupe d'Europe contre Sochaux. Bruno Pezzey sent la chute et rebondit au Werder Brême (1983-87). Pas grand-chose à se mettre sous la dent de l'Autrichien vivote en Bundesliga. Au terme de son contrat, Bruno Pezzey rentre au pays à 32 ans, au Swarovski Tirol, où il ajoute quelques lignes à son CV. 2 titres de champions (1989 et 90) et une coupe d'Autriche (1989).


Pezzey quitte la scène internationale en 1990 contre la Suisse en amical et met fin à sa carrière de joueur la même année, avec plus de 500 matches officiels sous les bigoudis. Il jouit alors tranquille de sa retraite quand le 31 décembre 1994, histoire de bien terminer l'année, il décède d'une crise cardiaque. Une histoire à dormir debout. Une manière originale de marquer son départ et les esprits comme le mec le plus ponctuel de tous les temps. Pas trop super quand même.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire