LA FICHE DETAILLEE. Dominique Baratelli.

**********
La fiche détaillée par les éditions Rencontre Lausanne
DOMINIQUE BARATELLI
- La longue attente -
**********


Concacaf-FRANCE 1972.


Concacaf-FRANCE 1972.
Debout : Baratelli, Djorkaeff, Trésor, Quittet, Michel, Rostagni.
Accroupis : Blanchet, Larqué, H. Revelli, Mézy, Bereta.


ENRICO MACIAS aime le PSG.


Bah si c'est une attitude ça, Enrico. Complètement torché, l'ivrogne, avec les mecs du PSG qui l'entourent. Faut dire qu'ils y vont pas de main morte les Borelli, Pilorget, N'Gom, Col et consorts après la 1ère victoire des Parisiens en Coupe, contre St-Etienne. Ils lui versent directement du Champagne via la Coupe de France par effet d'entonnoir. Histoire que ça aille droit au cerveau et que ça lui retourne bien la tête. Du coup, il sait vraiment plus où il habite l'enfant de tous les pays.

ECOSSE-RDA. 13/10/1982.


Scotland-GDR 2:0 (0:0).
Qualification European Championship.
13 October 1982, Glasgow, Hampden Park.
Scotland: Leighton; Hansen; Narey, Miller, F. Gray; Wark, Souness, Strachan; Brazil (72' Sturrock), Archibald, Robertson
GDR: Rudwaleit; Trieloff; Kreer, Stahmann, Schnuphase (C), Baum; Häfner (72' Liebers), Dörner (72' Pommerenke), Pilz; Streich, Riediger

Referee: Konrath (France)
Att.: 40355
Goals: 1:0 Wark (52'), 2:0 Sturrock (75')

RDA 1982.
Debout : Dorner, Strozniak, Schnuphase, Grapenthin, Riediger, Streich.
Accroupis : Weise, Pommerenke, Trocha, Steinbach, Kubjuweit.


URSS 1977.


URSS 1977.

STANDARD DE LIEGE 1978-79


STANDARD DE LIEGE 1978-79.

LE GESTE TECHNIQUE DECRYPTE de ERIC GERETS.


Eric GERETS.
[interprétez: Gai Ray ! Allez vas-y Domenech]
Le geste technique:

Très simple. Faire semblant d'écouter son pote Jean-Marie Pfaff pendant que Monsieur se gratte le cul. Une feinte qui marche à tous les coups

SOUTHAMPTON 1978-79.

SOUTHAMPTON 1978-79.

FOOT ROCK AND ROUFLAQUETTES. Eric Martin.

ERIC MARTIN.
Pas facile d'être l'homonyme d'un obscur joueur de D1 française qui a officié à Nancy et au PSG notamment. Mais ce Eric Martin là s'en moque. D'abord il le connaît pas l'autre usurpateur d'identité. Pour lui, Nancy ça évoque plutôt le prénom de la meuf' à Sid Vicious. Là tout de suite, ça cause un peu plus à sa façon d'être. Parce que notre English, il est sans pitié et a une tête de no future. Lui, il rentre dans le lard, envoie le pâté avec ses potes peu recommandables - le rock c'est tout à fond - et joue au foot comme il pratique la guitare. C'est tout en barré. Il crache aussi sur les attaquants adverses, à défaut d'avoir trouvé un public avec son band de mal lavés. On a vraiment du lourd là, du bien gras et du frité de première. Un peu comme son groupe préféré improbable:
THE EIGHTIES MATCHBOX B-LINE DISASTER.



PUB. Mars. Gerd Müller.

MARS
- Gerd Müller -
(1970)

BAYERN MÜNICH 1972-73.


BAYERN MÜNICH 1972-73.
Debout : Beckenbauer, Roth, Schwarzenbeck, Müller, Krauthauser, Breitner, Hoeness.
Accroupis : Hoffmann, Zobel, Maier, Durnberger.

SO FASHION. Le Bayern multicarte.

Le Bayern au filet !

Les mecs du Bayern (Breitner, Lattek, Maier, Gerd Müller et Hoeness) aiment bien batailler sur tous les fronts et monter au créneau s'il le faut. Ou au filet, ça dépend. Une armada de types pas commodes à dérouiller sur un cours, surtout qu'à cinq c'est quand même plus facile. Mais certains d'entre eux ont aussi une autre vie après le sport. Paul Breitner le rouge qui n'aime pas l'injustice et Hoeness, ce bon vieux Uli, ont formé un gang pour venir en aide aux opprimés. Une sorte d'Agence tous risques qui ne roule pas en van customisé mais qui se déplace carrément en hélicoptère. Histoire que leurs plans se déroulent sans trop d'accrocs. Sûr qu'avec Futé et sa cravate rouge, ce gang power-pop ne risque rien. Par contre Barracuda à côté, j'ai quelques doutes là, parce que sans ses chaînes autour du cou ça fait un peu léger...

Le taxi du Bayern.

FINALE COUPE DES CLUBS CHAMPIONS 1972. AJAX vs INTER.

AJAX AMSTERDAM 1971-72.





LE MATCH EN FILM.


INTERNAZIONALE 1971-72.





Y A PAS QU'LE FOOT. André Rey.


Dans la vie de tous les jours, André Rey est un gars tranquille qui profite pleinement de son temps libre en dehors du football et ses contraintes. Plutôt à la coule le Dédé, qui passe ses loisirs à squatter le circuit 24 du gamin après l'entraînement, se renseigner auprès de maman sur le repas du soir - oh chouette, un cassoulet - prendre des nouvelles de la famille - ça va toi ? Et le p'tiot, l'école, tout ça, le caté - et se mettre à l'aise dans son fauteuil pour la lecture de son canard préféré et sa rubrique " à vendre ". C'est comme ça qu'il s'achète ses fringues en fait. Mais Ded', c'est aussi et surtout la musique. Toujours prêt à vous faire écouter sa dernière trouvaille. Le bricolage et la déco par contre, c'est pas trop son truc à bien remarquer le papier peint. Enfin, c'est quand même un mec qui ne fout pas les patins quand il est chez lui, et ça maman, pas sûr qu'elle aime beaucoup. Hein Dédé, tes bottines merde quoi ! Puis, arrête de laisser traîner ton journal par-terre nom d'une pipe, les Molinari arrivent pour l'apéro.

SAN ANTONIO THUNDER 1976.


L'équipe des SAN ANTONIO THUNDER en 1976. Un team à la croisée des chemins entre les Harlem Globe Trotters et Captain America avec leur éclair sur le maillot et leurs étoiles. Un brin kitsch et comique. Par contre ils auraient pu faire un effort sur le design des tuniques de gardiens vraiment trop classiques. Il manque la cape...



PUB. Adidas. NASL.

ADIDAS
- Franz Beckenbauer -
(70's)

FA CUP FINAL 1980. West Ham vs Arsenal.

- 10 mai 1980 -
Wembley Stadium, London. 100.000 spectateurs.
West Ham bat Arsenal : 1-0 (1-0).
Arbitre Mr George Courtney (County Durham).
But : Brooking (13ème) pour West Ham. 
Remplacements :Devine par Nelson (61ème) à Arsenal.
WEST HAM : Parkes – Stewart, Bonds, Martin, Lampard – Devonshire, Brooking, Pike, Allen – Pearson, Cross. Entraîneur : John Lyall.
ARSENAL : Jennings – Rice, O'Leary, Young, Devine – Rix, Brady, Talbot, Price – Sunderland, Stapleton. Entraîneur : Terry Neill.

WEST HAM 1979-80

ARSENAL 1979-80

The 1980 Cup Final was the 99th final to be played since 1872, and the 52nd to be played at Wembley since 1923. The tie involved Arsenal, who had played in the previous two FA Cup Finals and were a strong First Division side, and two time F.A. Cup winners West Ham United, a Second Division side that had only ever played at Wembley five times before and were huge underdogs on the day. Present as the royal guests were the Duke and Duchess of Kent. The Duke was introduced to the teams directly after the national anthem and just prior to kick off. West Ham won the coin toss and captain Billy Bonds chose to stay at the end his team was already at. The game started slowly with Arsenal playing their traditional defensive keep ball style of football. West Ham gained possession after Arsenal gave away a free kick due to Liam Brady being caught offside. After this West Ham maintained possession, frustrating Arsenal before Alan Devonshire broke down the left wing in the 12th minute, hitting a cross into the Arsenal box which fell to David Cross, whose shot was blocked by Arsenal's Willie Young. Stuart Pearson then shot at the Arsenal goal but his shot went across the goalmouth, where England international Trevor Brooking was the fastest player to react; with the Arsenal defence stranded he flicked a header past Jennings for the only goal of the game after 13 minutes... (source : wikipedia).


- SNAPSHOTS -


- LE MATCH EN VIDEO -


PUB. Dunlop. Trevor Brooking.

DUNLOP FOOTWEAR
- Trevor Brooking -
(80's)

WAGs RETRO. Jim McKay et Sandrine Kiberlain.


Jim McKay se prend pour Elvis et joue de la godasse pour faire un micro. Derrière Sandrine Kiberlain m'a l'air complètement bourrée (mais on se demande bien ce qu'elle fout là !). C'est la vraie java quand les Australiens se qualifient pour une Coupe du Monde (WM'74).

FOOT ROCK AND ROUFLAQUETTES. Gerry Francis.

GERRY FRANCIS.
Wouah purée, si c'est pas un tueur lui. Gerry Francis et sa tête à démolir tout ce qui obstrue son passage. Un brin fiérot dans son moulant maillot de Queen's Park Rangers taché de cambouis. C'est qu'il aime bien mettre les pattes dans le moteur pour trafiquer un peu le moulin l'ami Gerry, qui déteste les chats au passage. Arf !!! Sauf les mâles parce que dans l'ensemble, il aime bien faire mouiller les culottes des petites Anglaises, le roi du pot de détente. Pas une brêle au plumard le rockeur au maillot souillé. Un style très rentre-dedans, sur et en dehors du terrain, pour pas faire à moitié. Entre les bastons au canife, les cuites dans les pubs, les histoires de cul et de bagnole, Gerry accumule les galères sans compter. C'est son côté un peu zonard peut-être qui veut ça, avec son style de petite frappe carrément rocky, genre à la JOHNNY THUNDERS, le real cool loser de première.



BENFICA 1971-72.



BENFICA 1971-72

Debouts : Zeca, Victor Martins, Adolfo, Malta da Silva, Humberto Coelho, José Henriques.

Accroupis : Graca, Nene, Artur Jorge, Eusebio, Simoes.



La grosse cylindrée de EUSEBIO.


Et si c'était pas la grande classe ça, Eusebio en Brett Sinclair qui la joue ami-cool-ement vôtre. Pas drôle. Mais belle caisse ! Puis avec son maillot rose de leader du Giro, y a de quoi monter dans les tours avec cette petite sportive.

STEVE HARRIS loves West Ham.


Cornes du diable et ballon rond font bon ménage. Pour preuve. Steve Harris, le bassiste d'Iron Maiden arbore fièrement les couleurs de son club. West Ham United. Le club de ses tripes. Il y a même joué dans les équipes de jeunes au mitan des 70's. Et tellement il kiffe les Hammers qu'il a carrément collé un patch sur sa basse. Bon sinon, le short sur scène, ça le fait pas Steve. Toi t'es un killer et puis toi prends ça dans les dents.


LA FICHE DETAILLEE. Giacinto Facchetti.

**********
La fiche détaillée par les éditions Rencontre Lausanne
GIACINTO FACCHETTI
- L'alibi de H. H. -
**********