PUB. Johan Cruyff.


RDA 1974. Coupe du Monde. By Panini.

RDA 1974

Roumanie-FRANCE 1972.


Roumanie-FRANCE 1972.
Debout : Carnus, Novi, Trésor, Mézy, Rostagni, Bosquier.
Accroupis : Blanchet, Michel, Floch, G. Lech, Bereta.

Marius Trésor dans la galère de Bucarest.

- 8 avril 1972 -
Stadionul National. Bucarest. 30.000 spectateurs.
- amical -
Roumanie bat FRANCE : 2-0 (1-0). 
Arbitre Mr Josip Strmecki (Yougoslavie).
Buts : Iordanescu (19ème), Dinu (56ème) pour la Roumanie.
Remplacements : Mézy par Quittet (46ème), Bereta par Larqué (70ème), Floch par Molitor (70ème) pour la France. Deleanu par Ionescu (46ème), Sandu par Domide (46ème) pour la Roumanie.
FRANCE : Carnus – Trésor, Novi, Bosquier, Rostagni – G. Lech, Michel, Mézy, Bereta – Blanchet, Floch. Entraîneur : Georges Boulogne.
ROUMANIE : Raducanu – Satmareanu, Lupescu, Dinu, Deleanu – Dembrovschi, Dumitru, Nunweiler – Lucescu, Sandu, Iordanescu. Entraîneur : Angelo Niculescu.

- LE MATCH EN PHOTOS -

Marius Trésor, Georges Lech et Bernard Blanchet.

Iordanescu tire malgré Bosquier.

PUB. Hunga. Olympique de Marseille.

HUNGA
- Magnusson et Skoblar -
(1972)

F.C MAGDEBOURG 1981-82.


F.C MAGDEBOURG 1981-82.
En haut : Martin Hoffmann, Frank Windelband, Detlef Raugust, Gerald Cramer, Detlef Sclösser, Wolfgang Steinbach, Joachim Streich.
Au milieu : Herrmann Stöcker (ent.), Siegmund Mewes, Rolf Döbbelin, Dirk Stahmann, Axel Tyll, Klaus Decker, Jürgen Pommerenke.
En bas : Axel Wittke, Holger Bahra, Dirk Heyne, Bernd Dorendorf, Damian Halata.


A.S SAINT-ETIENNE 1974-75.

A.S SAINT-ETIENNE 1974-75.

FOOT ROCK AND ROUFLAQUETTES. Javier Fragoso.


JAVIER FRAGOSO.
Waouh ! wock'n'woll et banane metallique. Javier Fragoso est branché à la vie, à la mort sur le rock 50's. Un pionnier du genre made in Mexico gonflé au coca-cola, aux drive-in et au cinéma en plein air. Ambiance baby-boom et American way of life. Et surtout Elvis pas encore the King, Jerry Lee Lewis et les bollocks en feu sur le piano ! Comportement un rien diablotin qui frise l'expulsion du terrain. Il s'en cogne, il aime ça et en bouffe à haute dose. Javier sue, Javier trépigne et Javier tape des crampons, même avec la nouvelle génération, copie cradingue et iconoclaste sans gomina, cheveux en bataille, qui déchire le slip et les boots comme son groupe préféré improbable : THE JIM JONES REVUE. Elemental, mon cher Watson !



LA FICHE DETAILLEE. Jacques Zimako.

**********
La fiche détaillée par les éditions Rencontre Lausanne
JACQUES ZIMAKO
- L'oiseau des îles -
**********


FRANCE-Argentine 1974.


FRANCE-Argentine 1974
Debouts : Adams, Merchadier, Bracci, Baratelli, Repellini, Guillou.
Accroupis : Huck, Lacombe, Molitor, Bereta, Sarramagna.

Bernard Lacombe au ras du pré.

- 18 mai 1974 - 
Parc des Princes. Paris. 26.735 spectateurs. 
- amical - 
Argentine bat FRANCE : 1-0 (1-0). 
 Arbitre Mr Johannes Keizer (Pays-Bas). 
Buts : Kempes (22ème) pour l'Argentine. 
Remplacements : Merchadier par Jodar (46ème), Lacombe par Loubet (70ème) pour la France. Houseman par Wolf (46ème), Glaria par Avallay (46ème), Brindisi par Chazarreta (75ème) pour l'Argentine. 
FRANCE : Baratelli – Repellini, Merchadier, Adams, Bracci – Huck, Guillou, Bereta – Molitor, Lacombe, Sarramagna. Entraîneur : Stefan Kovacs. 
ARGENTINE : Carnevali – Glaria, Bargas, Perfumo, Sa – Brindisi, Telch, Squeo – Balbuena, Kempes, Houseman. Entraîneur : Vladislao Cap.

- LE MATCH EN PHOTOS -

Bracci et Jodar piègent Wolf pendant que Molitor taquine Carnevali.

Jean-Pierre Adams tente un drop.

Solo Guillou !

- LE MATCH EN VIDEO -



MAILLOT DE LEGENDE. Bayern Munich.

Après une domination néerlandaise au début de l'ère seventies, Feyernoord (1970) et le triplé de l'Ajax (1971,72, et 73), c'est au tour du Bayern Münich - l'ennemi juré allemand pour des Bataves toujours revanchards - de laisser son empreinte sur la scène européenne. Au lendemain de son premier succès au Heysel en coupe des clubs champions (1974), une finale épique contre l'Atletico Madrid qui nécessite un replay (2-2 puis 4-0), l'équipe bavaroise adopte un maillot rouge uni, c'en est fini des bandes superflues, sponsorisé par la marque au trois bandes. Wunderbar ! L'association entre le club bavarois et l'équipementier est une réussite commerciale et sportive. Les hommes de Dettmar Cramer réalisent le triplé, entamé par Udo Lattek à Bruxelles, en s'imposant successivement contre Leeds (1975), une finale houleuse et ternie par les hools anglais au Parc des Princes (2-0), puis contre les Verts de Saint-Etienne un an plus tard à Glasgow (1-0). Des victoires acquises sur le fil, souvent discutées par les spécialistes et les fans des équipes vaincues. Mais le Bayern est une machine de guerre impitoyable. Une armée de soldats de haut rang (Franz Beckenbauer, Gerd Müller, Sepp Maier, Paul Breitner, Uli Hoeness...) avide de conquêtes européennes. C'est un règne sans partage néanmoins contesté en supercoupe UEFA, lorsque Dynamo Kiev (1975) et Anderlecht (1976) dérèglent la mécanique bavaroise. Un grain, cependant, dans la logique de communication du fabriquant d'articles de sport qui a déjà boosté ses ventes grâce aux succès en C1. Un bon plan sans accroc qui prend fin en 1978. Il est temps, alors, pour la firme allemande de penser au mundial argentin.

- Kaiser / Bomber -


Gerd Müller, le Bomber du Bayern.

Franz Beckenbauer / Hans-Joseph Kapellmann / Uli Hoeness.

Uli Hoeness.

WAGs RETRO. Johnny et Trudy Rep.


Avec Trudy au bord de la piscine, le séjour en Corse de Johnny Rep ressemble à une lune de miel. Une épopée avec le Sporting et une jolie nana pour faire trempette, l'international néerlandais nage dans le bonheur avec sa compagne. N'en déplaise à la presse people qui lui prête une liaison avec Jeane Manson pour briser une solide idylle. Salaud de Vintage Football Club ! Mais ça, c'était hier et la photo a bien jauni depuis. Trudy quitte Johnny en 1994 à cause de son addiction à l'alcool et son mode de vie sauvage. C'est la fin d'une belle histoire. L'ancien attaquant de l'Ajax, Valence et St-Etienne noie son chagrin dans son verre, et dans les yeux de Paula. Une fille qu'il rencontre, avec qui il se marie secrètement afin de ne pas blesser son ex. Et encore des tensions au sujet de la bibine. Après la naissance de son fils Sylvester, Johnny belle gueule carbure à la pompe. C'est marre pour Paula qui fait sa valise. C'est le second divorce pour Rep. Qui laisse ce dernier sur la paille. Il est obligé de vendre sa maison, devient presque sans-abri puis partage un modeste appartement avec un copain, André Stafleu, ancien footballeur du Feyenoord divorcé comme lui. A la demande de Trudy, son premier amour, Johnny Rep entame une cure vers 2009 pour soigner sa maladie. Et maintenant, il a les cheveux gris et fait parfois des tournées en camping-car. Le mythe de Mickaël Furlon en a pris un p'tit coup dans l'aile.

JACQUES SANTINI vs CHARLES BRONSON.


JACQUES SANTINI vs CHARLES BRONSON.
A côté de "Jack" Santini, dit le salopard du Forez, le mercenaire de Geoffroy-Guichard, le justicier de Sainté, Charles Bronson fait bien pâle figure avec sa moustache de travelot. Jack Santini de Sainté c'est quand même aut' chose, et ce mec-là mérite d'être en haut de l'affiche en tous cas ! Mi-gitan mi-forain - la marge n'est pas épaisse - Jack est un gars du Milieu. Celui du terrain en foot. Réduit aux basses besognes. L'intimidation en gros. Balle au pied ou l'air, San(g)tini dégaine et canarde à tire-larigot. Et il a une tête cruelle aussi.

F.C NANTES 1972-73.


F.C NANTES 1972-1973 
- Champion de France -

Debouts : Blanchet, Maas, Bertrand-Demanes, Gardon, Osman, Michel.

Accroupis : De Michèle, Couécou, Marcos, Pech, Rampillon.

LEAGUE CUP FINAL 1971.



LEAGUE Cup Final 1971.
Tottenham Hotspur 2-0 Aston Villa
Scorer:
Tottenham: Chivers 78,82
HT: 0-0
Att: 100,000


ASTON VILLA 
V.S 
TOTTENHAM HOTSPUR



LA FICHE DETAILLEE. Albert Emon.

**********
La fiche détaillée par les éditions Rencontre Lausanne
ALBERT EMON
- Une histoire marseillaise -
**********


PAUL BREITNER, ARCHIE GEMMILL, ANDY GRAY vs BEE GEES.


PAUL BREITNER, ARCHIE GEMMILL, ANDY GRAY vs BEE GEES.
En fait les vrais Bee Gees,  c'était un Allemand et deux Écossais, stars du football mondial ! Mais pas ces gars avec leurs têtes bizarres, qui se sont déjà fait passer pour le groupe Queen à une époque pas très lointaine. Des usurpateurs. Honte à vous et vos familles. Rétablissons la vérité une bonne fois pour toutes.



LA FICHE DETAILLEE. Marc Berdoll.

**********
La fiche détaillée par les éditions Rencontre Lausanne
MARC BERDOLL
- Un battant -
**********


OLYMPIQUE de MARSEILLE 1971-72.


OLYMPIQUE de MARSEILLE 
1971-72

Debouts : Lucien Leduc (ent.), Jean-Paul Kraft, Jules Zvunka, Edouard Kula, Jacky Novi, Jean-Louis Hodoul, Bernard Bosquier, Jean-Pierre Lopez, Georges Carnus, Roger Magnusson, Mario Zatelli (dir. sportif).

Accroupis : Daniel Leclercq, Jacques Bonnel, Gilbert Gress, Josip Skoblar, Jean-Pierre Tokoto, Didier Couécou.

CHARITY SHIELD 1975.


Samedi 9 Août 1975
Venue: Wembley Stadium
Derby County 2
Hector, McFarland
West Ham 0
Half-time 2-0
Attendance: 59,000

DERBY COUNTY 1975-76.

WEST HAM 1975-76.

Bulgarie-FRANCE 1976.


Bulgarie-FRANCE 1976.
Debout : Trésor, Baratelli, Janvion, Bathenay, Bossis, Lopez, Synaeghel.
Accroupis : Gallice, Lacombe, Platini, Six.



- 9 octobre 1976 -
Stade Vassil Levski. Sofia. 45.000 spectateurs.
- qualification coupe du monde 78 -
Bulgarie et FRANCE : 2-2 (1-2). 
Arbitre Mr Ian Foote (Ecosse).
Buts : Platini (37ème), Lacombe (40ème) pour la France. Bonev (45ème), Panov (68ème) pour la Bulgarie.
Remplacements : Six par Rouyer (61ème) pour la France. Denev par Cvetov (46ème), Dimitrov par Aleksandrov (51ème) pour la Bulgarie.
FRANCE : Baratelli – Janvion, Trésor, Lopez, Bossis – Gallice, Synaeghel, Platini, Bathenay – Six, Lacombe. Entraîneur : Michel Hidalgo.
BULGARIE : Krastev – Grantcharov, Stankov, Tichansky, Vassilev – Bonev, Dimitrov, Panov – Voïnov, Milanov, Denev. Entraîneur : Hristo Mladenov.


- LE MATCH EN PHOTOS -

Baratelli, Synaeghel et Trésor à la lutte avec les Bulgares.

Lacombe et Bathenay à la manœuvre.

Platoche à la barre.

Trésor sur ses gardes.

Les buts.

Mr Foote, vous êtes un salaud !

L'homme du match.